Le Plan de Cohésion Sociale

Le 6 novembre 2008, le Parlement Wallon a adopté un décret qui abroge le décret du 15 mai 2003 relatif au Plan de Prévention de Proximité et le remplace par « un Plan de Cohésion Sociale ». Ce Plan de Cohésion sociale est entré en vigueur le premier janvier 2009.

Pour voir les activités proposées dans le cadre du PCS, cliquez ici.

Qu’entend-on par cohésion sociale ?

Il s’agit en fait de l’ensemble des moyens, des actions, des projets mis en œuvre pour permettre à tous les citoyens, sans exception, d’avoir leur place reconnue dans la société. Cela implique pour chacun :

  • l’égalité des chances
  • l’accès aux droits fondamentaux (prévus dans la constitution)
  • le bien-être économique,
  • le bien-être social,
  • le bien-être culturel.

Le Gouvernement wallon a attribué à chaque commune un « niveau de cohésion sociale » en fonction de 24 critères tels que le taux de bénéficiaires de l’aide sociale, le taux de bas salaires, l’espérance de vie à la naissance, le pourcentage de logements de qualité insuffisante, le taux de chômage de très longue durée, le taux d’adultes ayant au maximum un diplôme d’école primaire, le taux de votes blancs ou nuls exprimés aux élections communales, le taux de personnes isolées de 65 ans et plus, le taux de ménages monoparentaux, le nombre de demandes d’asile en procédure,...

Notre Commune a élaboré un projet de Plan de Cohésion Sociale. Celui-ci s’articule autour d’actions à initier ou à poursuivre pour favoriser, par exemple, les contacts sociaux, les rapports entre les différentes générations, entre les différentes cultures, pour favoriser l’accès à la santé de tous les citoyens, pour lutter contre les assuétudes, pour favoriser l’insertion socioprofessionnelle,...

Notre projet peut être mis en œuvre en partenariat avec différents acteurs sociaux tels que le centre public d’action sociale, le centre de planning familial, le Fonds du Logement des Familles nombreuses, le centre de service social, la police,...

Nous bénéficierons d’une subvention allouée par le Département des Affaires intérieures de la Région Wallonne.

Cette subvention se compose de deux parties : une subvention de base qui dépend du nombre d’habitants et qui, dans le cas de notre commune, devrait s’élever à 60.000 euros. A cette somme, vient s’ajouter ou se soustraire une deuxième partie. Celle-ci est modulée et dépend de l’indicateur de niveau de cohésion sociale qui a été attribué à notre commune selon les critères mentionnés ci-dessus. Notre indicateur est nettement négatif (- 7,197). Cette partie modulée de la subvention fait baisser la subvention de base de façon substantielle.

Mais qu’à cela ne tienne ! Cet indicateur nous rappelle le grand privilège que nous avons d’habiter dans une commune où il fait bon vivre ! La Commune doit de toute manière en financer 25%. Le plan de cohésion sociale, est mis en œuvre pour une période de 6 ans. Chaque période commence le 1er janvier de la deuxième année qui suit les élections communales.

Sur le plan pratique, la Commune a crée une commission qui remplace la commission de prévention de proximité. Cette commission se réunit deux fois par an et rédige chaque année un rapport d’activités intermédiaire. A l’expiration du plan, donc à la fin de la période prévue, un rapport d’activités final doit être élaboré. Le Plan de Cohésion Sociale va plus loin que le Plan de Prévention de Proximité. Il ne touche pas seulement les jeunes. Il nécessite une collaboration entre différents services (CPAS, affaires sociales, jeunesse, troisième âge, emploi, etc.).

Dernière mise à jour le Mercredi 7 mars 2018 - 18:30