Brûlures au 3ème degré causées par la sève de la Berce du Caucase
Le Jardin botanique offre une brochure gratuite qui explique les dangers de la plante et propose huit mesures concrètes pour enrayer sa propagation. Pour voir cette brochure, cliquez ici.
Comment la reconnaître dans la végétation abondante de cette saison ? La Berce du Caucase peut grimper de 1,5 à 4 mètres de haut. Ses fleurs blanches forment des ombrelles de 20 à 50 cm de diamètre, la dimension de ses feuilles variant entre 50 cm et un mètre. Sa tige est robuste, creuse et souvent tachetée de rouge.
C’est donc équipés d’épaisses combinaisons, protégés des pieds à la tête , munis de gants et de visières que les jardiniers doivent se débarrasser comme ils le peuvent de la berce du Caucase en sectionnant la racine environ 10 cm sous le niveau de la terre pour ensuite arracher la plante. Il importe de répéter l’opération à chaque repousse . La plante s’affaiblit et finit par disparaître.
Une fois n’est pas coutume, le Jardin botanique national de Belgique tient à mettre en garde les pouvoirs publics et les particuliers contre une plante néfaste : la berce du Caucase, identifiée comme invasive. C’est également une plante phototoxique qui peut occasionner des brûlures graves . En effet, la sève de la berce du Caucase est photosensible : au contact du soleil, elle agit sur la peau comme un acide . Le simple contact d’une feuille peut déclencher la brûlure. Un jardinier distrait qui travaille sans gants peut ainsi être gravement brûlé, de même que les enfants qui utilisent parfois la tige creuse de la plante comme sarbacane ou pire, comme longue-vue. Le contact direct avec la sève est indolore, la brûlure ne commence qu’après minimum 15 minutes voire deux heures, la victime reste donc tranquillement au soleil, ne se rendant pas compte du danger. La peau affectée peut rester sensible aux rayons ultraviolets pendant des années.
ATTENTION DANGER!!!
La Berce du Caucase